Dicocitations est un partenaire du Monde. Chaque citation exprime les opinions de son auteur et ne saurait engager Dicocitations ou Le Monde.

Jadis, dans les latrines, on pouvait lire sur les murs des graffitis dans lesquels s’exprimait toute la misère sexuelle du monde. Pas besoin d’une sociologie très appuyée pour saisir ce qui travaille l’âme du quidam au moment de sacrifier aux nécessités des sphincters : on se vide, on se lâche, on éclabousse avec les remugles de son animalité et l’on grave ses cogitations dans le marbre d’une porte en bois… On a les rostres qu’on peut ! Aujourd’hui, cette fonction a quitté les toilettes publiques, désormais entretenues comme un bloc opératoire, pour rejoindre des lieux guère plus recommandables : les commentaires postés au pied des articles sur les sites Internet. C’est en effet là qu’on trouve l’équivalent des littératures de vespasiennes d’hier

Jadis, dans les latrines, on pouvait lire sur les murs des graffitis dans lesquels s’exprimait toute la misère sexuelle du monde. Pas besoin d’une sociologie très appuyée pour saisir ce qui travaille l’âme du quidam au moment de sacrifier aux nécessités des sphincters : on se vide, on se lâche, on éclabousse avec les remugles de son animalité et l’on grave ses cogitations dans le marbre d’une porte en bois… On a les rostres qu’on peut ! Aujourd’hui, cette fonction a quitté les toilettes publiques, désormais entretenues comme un bloc opératoire, pour rejoindre des lieux guère plus recommandables : les commentaires postés au pied des articles sur les sites Internet. C’est en effet là qu’on trouve l’équivalent des littératures de vespasiennes d’hier Michel Onfray

Le Dico des citations



© 2001- 2021 Frédéric Jézégou - & Dicocitations SAS - Données personnelles - Plan du site - Mentions légales : La base de données des citations est la propriété exclusive de Frédéric Jézégou producteur du contenu .