Dicocitations est un partenaire du Monde. Chaque citation exprime les opinions de son auteur et ne saurait engager Dicocitations ou Le Monde.

Je voulais retourner au Mali. Là-bas, il y a la faim mais ici, en plus de la faim il y a le froid, le froid des gens et du climat. Je n’ai jamais vu autant de statues animées cacher leur chagrin et leurs sentiments sous la neige et dans les caniveaux. Il faudrait détartrer leurs poumons qui dégagent l’air de l’indifférence parce qu’ici, on ressent de l’amour pollué. Quand il n’y a plus de cœur dans le corps d’une terre, il faut en trouver un autre. Il y a plein d’hôpitaux, mais pas assez de tendresse.

Je voulais retourner au Mali. Là-bas, il y a la faim mais ici, en plus de la faim il y a le froid, le froid des gens et du climat. Je n’ai jamais vu autant de statues animées cacher leur chagrin et leurs sentiments sous la neige et dans les caniveaux. Il faudrait détartrer leurs poumons qui dégagent l’air de l’indifférence parce qu’ici, on ressent de l’amour pollué. Quand il n’y a plus de cœur dans le corps d’une terre, il faut en trouver un autre. Il y a plein d’hôpitaux, mais pas assez de tendresse. Fadéla Hebbadj

Le Dico des citations



© 2001- 2021 Frédéric Jézégou - & Dicocitations SAS - Données personnelles - Plan du site - Mentions légales : La base de données des citations est la propriété exclusive de Frédéric Jézégou producteur du contenu .