Dicocitations est un partenaire du Monde. Chaque citation exprime les opinions de son auteur et ne saurait engager Dicocitations ou Le Monde.

L’Amour, gaiement, pousse au rivage, Il aborde tout près du Temps ; Il lui propose le voyage, L’embarque, et s’abandonne au vent. Agitant ses rames légères, Il dit et redit, dans ses chants : Vous voyez bien, jeunes bergères, Que l’Amour fait passer le Temps. Mais tout à coup l’Amour se lasse, Ce fut toujours là son défaut ; Le Temps prend les rames à sa place, Et lui dit : Quoi, céder sitôt ! Pauvre enfant, quelle est ta faiblesse ! Tu dors, et je chante à mon tour Ce vieux refrain de la sagesse : Ah ! Le Temps fait passer l’Amour.

L’Amour, gaiement, pousse au rivage, Il aborde tout près du Temps ; Il lui propose le voyage, L’embarque, et s’abandonne au vent. Agitant ses rames légères, Il dit et redit, dans ses chants : Vous voyez bien, jeunes bergères, Que l’Amour fait passer le Temps. Mais tout à coup l’Amour se lasse, Ce fut toujours là son défaut ; Le Temps prend les rames à sa place, Et lui dit : Quoi, céder sitôt ! Pauvre enfant, quelle est ta faiblesse ! Tu dors, et je chante à mon tour Ce vieux refrain de la sagesse : Ah ! Le Temps fait passer l’Amour. Joseph-Alexandre Ségur

Le Dico des citations



© 2001- 2021 Frédéric Jézégou - & Dicocitations SAS - Données personnelles - Plan du site - Mentions légales : La base de données des citations est la propriété exclusive de Frédéric Jézégou producteur du contenu .