• Les autres biographies
  • Biographie
  • Bibliographie
  • Citations
  • Contemporains


  • Biographie de Robert Linhart



    Robert Linhart

    Robert Linhart

    Robert Linhart, né en 1944, est un homme politique, sociologue et philosophe français.
    Ancien élève du lycée Louis-le-Grand et de l'École normale supérieure (promotion 1963 Lettres), docteur d'État en sociologie, il a été maître de conférences au département de philosophie de l'université Paris VIII.
    Adhérent de l'Union des étudiants communistes (1964), Robert Linhart y anime le cercle des « ulmards », marqué par la figure tutélaire de Louis Althusser. Au premier trimestre de l'année scolaire 1964-1965, une revue voit le jour, Les Cahiers marxistes-léninistes, dont le premier numéro – ronéotypé – sort avant Noël 1964. Prochinois et très critique à l'égard du « révisionnisme » du PCF, il est exclu de l'UEC et fonde en décembre 1966 l'Union des jeunesses communistes marxistes-léninistes, UJC(ml). Son but, exprimé dans le numéro 15 des Cahiers :
    « […] mener une lutte idéologique intransigeante contre l'idéologie bourgeoise et son complice révisionniste, contre l'idéologie petite-bourgeoise, particulièrement l'idéologie pacifiste, humaniste et spiritualiste… Elle doit créer une université rouge qui pourra se mettre au service des ouvriers avancés, de tous les éléments révolutionnaires. »
    L'Établi est un ouvrage autobiographique, retraçant son métier d'ouvrier établi dans les usines Citroën de la porte de Choisy. Outre une description impitoyable du travail à la chaîne et de la « lobotomisation » des consciences, il assure un mode de réflexion fondamental sur la notion de travail salarié. Y sont décrits les dérives racistes des « petits chefs », les hommes interchangeables, la modernisation au détriment de l'accompagnement social, les humiliations subies pour le travail « bien fait » par les ouvriers de la part de technocrates sûrs de leur savoir théorique, la nébuleuse des improductifs qui commandent la production pour plaire à ce lointain qui empoche les dividendes.





    Crédit Photo
    Par LIB TROPIQUES - Robert parle... Robert parle (1) : Itinéraire d'un maoïste • 21 avr. 2019 - Il y a déjà plus de 10 ans, interrogé par sa fille Virginie, Robert Linhart lui révélait un secret : "- Papa, je voudrais faire une enquête sur les maos, qui faudrait-il interviewer à ton avis ? Il a grimacé… – On ne parle plus jamais du maoïsme en France, et toi, qui en étais une des têtes pensantes, tu es devenu silencieux. J’aimerais demander à ceux qui militaient avec toi alors, ce qu’ils pensent de ton silence. Haussement d’épaule. – Tu sais papa, moi, quand tu t’es arrêté de parler, j’avais quinze ans. À quinze ans, on a beaucoup de souvenirs. Arrête de penser que parce que tu parais vivre sans mémoire, c’est pareil pour tout le monde ! Il me regarde, il a les larmes aux yeux. – C’est notre secret ma petite fille… – C’est quoi notre secret ? – Que tu saches tout ça, et que moi je ne parle plus." Extrait de « Le Jour où mon père s'est tu » Virginie Linhart Seuil 2008. Virginie Linhart avait parfaitement conscience, quand elle rédigeât son livre, que son père fut « une des figures les plus marquantes des années 1968. » et déplorait que « Malheureusement, il en est aussi l’une des figures les plus marquées. ». Depuis lors il n'a pas été plus loquace sur cette histoire, son histoire... Pas même avec son psy avec qui il poursuivait jusqu'ici une longue délibération silencieuse, chargée de tous les non-dits confinés dans sa mémoire d'une époque dont il ne semblait pas parvenir à s'échapper et dans laquelle il poursuivait peut-être une ratiocination solipsiste. Pourtant, par une de ce "ruses de l'histoire" chères à Hegel, Robert a finit par retrouver la parole, en même temps qu'il a découvert le jardinet de la librairie réfractaire, et son nid de complotistes totalitaires. - Capture vidéo 56.55 - Lien