Mais où sont les vertus conquérantes de l'es­prit ? Nietzsche les a énumérées comme les ennemis mortels de l'esprit de lour­deur. Pour lui, ce sont la force de caractère, le goût, le « monde », le bonheur classique, la dure fierté, la froide frugalité du sage. Ces vertus, plus que jamais, sont nécessaires et chacun peut choi­sir celle qui lui convient. Devant l'énormité de la partie engagée, qu'on n'oublie pas en tout cas la force de caractère. Je ne parle pas de celle qui s'accompagne sur les estrades électorales de froncements de sourcils et de menaces. Mais de celle qui résiste à tous les vents de la mer par la vertu de la blancheur et de la sève. C'est elle qui, dans l'hiver du monde, préparera le fruit.

L’été -

Camus



Une citation de Camus

proposée le mercredi 09 mai 2012 à 17:56:15

Camus - Ses citations


Citations similaires



Votre commentaire sur cette citation.