Quand j’avais le choix, je préférais, de loin, la côte en hiver, le pluie fine, le ciel gris, léger et dégradé confondu avec la mer bien avant l’horizon, la mer, la mer comme un grand lavoir à cerveaux brassant et ressassant inlassablement dans un bruit de verre pilé toutes les pensées qu’on lui confie et qu’elle nous emporte, la mer comme un tambour lent de lessiveuse à idées noires, gris et plate vue de la côte jusqu’autour de la terre.

La Montée des eaux -

Thomas B. Reverdy



Une citation de Thomas B. Reverdy

proposée le mercredi 28 août 2013 à 20:40:47

Thomas B. Reverdy - Ses citations


Citations similaires



Votre commentaire sur cette citation.