Lettre d'amour d'Edith Piaf à Marcel Cerdan

« Dès que je pense qu'une chose peut te faire de la peine, même si tu ne le sauras jamais eh bien, il n'y a rien à faire, c'est plus fort que moi, je ne peux pas la faire. J'imagine tes beaux yeux chéris posés sur moi et j'ai comme l'impression d'être mise à nu. Quelle puissance et quelle domination tu as sur moi !
Vrai de vrai, tu m'as bien eue ! Chéri ! N'oublie pas tes médailles, pense à moi. Si tu peux aller à l'église cinq minutes le jour du combat, vas-y ! Mon petit que j'adore, à tes pieds que j'aime, je suis à toi, tout à toi. Mon souffle est lié au tien. Je suis tout ce que tu veux, ton esclave, ta servante, ta maîtresse et surtout celle qui t'aime. Oh ! Qui t'aime, plus que jamais. Personne ne t'a aimé et ne t'aimera jamais plus que moi. Au revoir, mon petit maître adoré, mon seigneur si grand. Je t'aime, t'aime, t'aime.
Moi. »

Voir une autre lettre d'Edith Piaf à Marcel Cerdan


  • « Si un jour, la vie t'arrache à moi. Si tu meurs, que tu sois loin de moi. Peu m'importe si tu m'aimes. Car moi, je mourrai aussi.»
  • « Fais-moi confiance, je ferais n'importe quoi pour toi. Je t'aimerais n'importe comment, même assassin. Oh oui, je suis capable, si un jour tu avais des ennuis, de les partager en entier avec toi. Je quitterais tout pour toi, je renierais tout pour toi, je ferais n'importe quoi d'impossible, en un mot je ferais tout, absolument tout pour toi.»
  • « Sois fort pour deux, j'en ai besoin. Je t'aime déraisonnablement, anormalement, follement et je n'y puis rien. C'est de ta faute, tu es magnifique. Serre-moi par la pensée dans tes bras et dis-toi que rien au monde ne compte en dehors de toi pour moi !»
Citations extraites de Moi pour toi, Lettres d'amour d'Edith Piaf à Marcel Cerdan


Lettre d'amour de Guillaume Apollinaire à la comtesse Louise de Coligny-Châtillon

« Oui, ma Lou, tu es ma Lou à moi, ma chose vivante que j'aime infiniment, mon bijou précieux, ma petite perle ronde comme ton derrière, comme tes deux petits seins infiniment jolis et si joliment fleuris de deux roses sans épines. Tu te donnes toute et je te prends toute comme tu te donnes ma toute chérie, oui, nous sommes ensemble pour toujours oui, tu m'as tout dit, et tu es si à moi et si en moi que tu devines tout de moi. Il y a une correspondance unique et inouïe entre nos âmes. Non, je n'ai plus de noir après tes lettres et tu me rends infiniment heureux. Ne sois pas triste, mon Lou. Ne sois pas triste puisque je ne suis plus triste. »



Lettre d'amour de Victor Hugo à l'actrice Juliette Drouet

« Je vous aime, mon pauvre ange, vous le savez bien, et pourtant vous voulez que je vous l’écrive. Vous avez raison. Il faut s’aimer, et puis il faut se le dire, et puis il faut se l’écrire, et puis il faut se baiser sur la bouche, sur les yeux, et ailleurs. Vous êtes ma Juliette bien-aimée. Quand je suis triste, je pense à vous, comme l’hiver on pense au soleil, et quand je suis gai, je pense à vous, comme en plein soleil on pense à l’ombre. Vous voyez bien, Juliette, que je vous aime de toute mon âme. Vous avez l’air jeune comme un enfant, et l’air sage comme une mère aussi je vous enveloppe de tous ces amours-là à la fois. Baisez-moi, belle Juju ! »



Lettre de déclaration d'amour de Jacques Prévert à la jeune Claudy Emanuelli (Claudy Carter)

« Claudy, petite fille et aussi un peu petite femme, je n'ai rien à te dire sauf une seule chose je voudrais être à côté de toi et puis te voir rire. Mais quelquefois, le sort l'a voulu, je t'ai vue pleurer. Et tu pleurais comme ceux et celles qui sont durs, ceux et celles qui sont vrais. Un gros orage, une maladie et personne au monde, et à plus forte raison "moi", n'aurait pu te consoler. Pourtant... Je te voudrais heureuse, libre, vivante et belle, avec un joli corps pas du tout abîmé. Ici il pleut. Aujourd'hui j'ai bu du vin blanc et aussi du vin rouge mais je ne suis pas saoûl, non absolument pas. Je ne m'ennuie même pas. J'attends. Je pense souvent à toi, très souvent et je voudrais t'embrasser, te caresser. »



Lettre d'amour de Richard Burton à Elizabeth Taylor

« Tu ne réalises pas bien sûr, E.B., à quel point tu as toujours été incroyablement belle et comment tu as acquis un charme spécial et dangereux supplémentaire. »



Lettre d'amour de Monsieur Des Chapelles à Madame de Sévigné


« Car toute belle et charmante que vous êtes , personne n'est encore mort en votre honneur ; et si j'avais eu cet esprit-là, c'était de quoi nous illustrer tous deux : mais, comme vous savez, ce qui ne se fait pas une fois se fait une autre ;... et je trouve même, pourvu qu'on ôte à notre Marquise la part qu'elle y prétend, qu'il sera encore plus extraordinaire de mourir dans cette dernière occasion ; en sorte qu'on pourra dire que la mémoire est dans le cœur, ou que le cœur est dans la mémoire; choisissez : mais je crains bien que vous ne sentiez guère ni l'un ni l'autre pour moi, puisque vous ne prenez pas la peine de me faire réponse ; j'en suis plus affligé qu'offensé , car je me faisais un grand plaisir de revoir une écriture pour laquelle je conserve un goût infini, quoiqu'elle n'ait jamais servi à me marquer la moindre apparence d'amitié; mais des reproches à une tigresse, c'est des marguerites devant des pourceaux. »




Les plus belles lettres pour déclarer son amour



Beethoven déclare son amour à son Immortelle bien-aimée

« Déjà du lit mes idées se pressent vers toi mon immortelle bien-aimée, de temps en temps joyeuses, puis de nouveau tristes, attendant du destin de savoir s'il nous écoutera - vivre je ne le puis que totalement avec toi ou pas du tout. »



- Lettre d'amour de Napoleon Bonaparte à Joséphine de Beauharnais

« Les charmes de l'incomparable Joséphine enflamme continuellement mon coeur d'une flamme ardente et lumineuse. »




Lettre de déclaration d'amour de Kafka à Milena Jesenska :

« Cela fait déjà bien longtemps Madame Milena, que je ne vous ai plus écrit, et, aujourd’hui encore, je ne le fais que par suite d’un hasard. Je n’aurais pas au fond à excuser mon silence, vous savez comme je hais les lettres.
Tout le malheur de ma vie - je ne le dis pas pour me plaindre mais pour en tirer une leçon d’intérêt général - vient, si l’on veut, des lettres ou de la possibilité d’en écrire. Je n’ai pour ainsi dire jamais été trompé par les gens, par des lettres toujours ; je veux dire, non pas par celles des autres mais par les miennes. Cela représente pour moi un malheur personnel sur lequel je ne veux pas m’étendre, mais c’est aussi un malheur général.
La grande facilité d’écrire des lettres doit avoir introduit dans le monde - du point de vue purement théorique - un terrible désordre des âmes : c’est un commerce avec des fantômes, non seulement avec celui du destinataire, mais encore avec le sien propre ; le fantôme grandit sous la main qui écrit, dans la lettre qu’elle rédige, à plus forte raison dans une suite de lettres où l’une corrobore l’autre et peut l’appeler à témoin.
Comment a pu naître l’idée que des lettres donneraient aux hommes le moyen de communiquer ? On peut penser à un être lointain, on peut saisir un être proche : le reste passe la force humaine. Écrire des lettres, c’est se mettre nu devant les fantômes ; ils attendent ce moment avidement.
Les baisers écrits ne parviennent pas à destination, les fantômes les boivent en route. C’est grâce à cette copieuse nourriture qu’ils se multiplient si fabuleusement.
L’humanité le sent et lutte contre le péril ; elle a cherché à éliminer le plus qu’elle pouvait le fantomatique entre les hommes, elle a cherché à obtenir entre eux des relations naturelles, à restaurer la paix des âmes en inventant le chemin de fer, l’auto, l’aéroplane ; mais cela ne sert plus de rien (ces inventions ont été faites une fois la chute déclenchée) ; l’adversaire est tellement plus calme, tellement plus fort ; après la poste, il a inventé le télégraphe, le téléphone, la télégraphie sans fil. Les esprits ne mourront pas de faim, mais nous, nous périrons...»

D'autres lettres d'amour de Kafka à Milean Jesenska



Lettre d’amour d'Humphrey Bogart à Lauren Bacall

« Baby, je t’aime si tendrement et je ne veux jamais, jamais te faire souffrir ou te rendre malheureuse, je veux que tu aies la vie la plus merveilleuse que mortelle ait jamais eue. Cela fait si longtemps, ma chérie, que je n’ai pas éprouvé un sentiment aussi profond pour quelqu’un, je ne sais pas quoi dire ni quoi faire. Je peux seulement t’affirmer que j’ai sondé au plus profond de mon cœur durant ces deux semaines et je sais que je t’adore de tout mon être et je sais que je te veux pour moi seul. Mais nous devons attendre, car tout ce que nous pourrions faire en ce moment provoquerait un désastre. »


Déclarer sa flamme par une belle lettre de déclaration d'amour ou une lettre d'amour



Se voir le plus possible et s'aimer seulement,
Sans ruse et sans détours, sans honte ni mensonge,
Sans qu'un désir nous trompe, ou qu'un remords nous ronge,
Vivre à deux et donner son coeur à tout moment ;

Respecter sa pensée aussi loin qu'on y plonge,
Faire de son amour un jour au lieu d'un songe,
Et dans cette clarté respirer librement -
Ainsi respirait Laure et chantait son amant.

Vous dont chaque pas touche à la grâce suprême,
C'est vous, la tête en fleurs, qu'on croirait sans souci,
C'est vous qui me disiez qu'il faut aimer ainsi.

Et c'est moi, vieil enfant du doute et du blasphème,
Qui vous écoute, et pense, et vous réponds ceci :
Oui, l'on vit autrement, mais c'est ainsi qu'on aime.


Sonnet : Se voir le plus possible...Alfred de MUSSET


Aime et publie-le; hais et cache-le.

Proverbe égyptien


Mieux vaut vivre enchaîné près de celui que l'on aime, que libre au milieu des jardins près de celui que l'on hait.
Proverbe persan


Qui t'aime te fait pleurer; qui te hait te fait rire.
Proverbe espagnol


L'amour ! Il n'y a rien de plus fragile ni de plus éphémère. L'amour c'est comme un feu un jour de pluie : tu dois tout le temps le protéger, l'alimenter et en prendre soin, sinon il s'éteint. Et si nous l'alimentions par la parole car sans elle le plaisir de l’amour diminue !


Découvrez également les :