Citations longtemps


Découvrez un dicton, une parole, un bon mot, un proverbe, une citation ou phrase longtemps issus de livres, discours ou entretiens.
Une Sélection de 1170 citations et proverbes sur le thème longtemps.

1170 citations

Il y a longtemps que je ne suis pas allé en forêt. Je n'aime pas beaucoup ces zones inhumaines, je préfère rester à distance, sur la route, près des maisons, de la lumière. Ce qui me met mal à l'aise, ce qui - soyons honnête - me fait peur, ce ne sont pas les arbres, qui n'ont jamais fait de mal à personne, qui poussent tranquillement depuis toujours, ce n'est pas non plus la vie secrète qui s'y cache, les bêtes, invisibles mais sans doute innombrables, les oiseaux, les vers, les insectes, tout ce qui grouille, les limaces, les rongeurs (les loups ?) dissimulés dans les feuillages et l'ombre, je n'ai pas peur d'un écureuil ou d'un hibou - non, ce qui m'inquiète et me maintient à l'écart, c'est au contraire l'absence de vie perceptible, d'humanité, quand on regarde de l'extérieur (en voiture par exemple, ou derrière la vitre d'un train qui passe), le silence qu'on imagine, l'immobilité apparente de cet enclos vert figé, si vaste, rien ne bouge là-dedans depuis des années, des siècles, de loin on peut même supposer que rien n'y respire. Et à l'intérieur, dans le vert, il n'y a pas de témoin.
Philippe JaenadaAu printemps des monstres (2021) de
Philippe Jaenada


Références de Philippe Jaenada - Biographie de Philippe Jaenada

Plus sur cette citation >> Citation de Philippe Jaenada (n° 173573)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)





La vie est mal faite. On ne reste pas longtemps sur terre, objectivement, et pendant cette courte période, cet échantillon de temps, sans voir tout en noir, on accumule surtout des emmerdes.
Philippe JaenadaLa femme et l’ours (2011) de
Philippe Jaenada


Références de Philippe Jaenada - Biographie de Philippe Jaenada

Plus sur cette citation >> Citation de Philippe Jaenada (n° 173565)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)



« Un jour, tu penseras qu’on est des vieux nuls. Tu ne seras plus notre petite fille, tu ne nous trouveras plus formidables, surtout moi », déclarait maman, avec l’espoir évident que cette sombre prophétie n’adviendrait jamais. C’était il y a longtemps, lorsque je les trouvais tellement géniaux tous les deux. Je n’avais aucune envie de lui donner raison, parce que rien ne m’énervait autant. Mais si je comparais maman avant et maman aujourd’hui, c’est vrai qu’elle avait changé, et je ne crois pas que c’était dû à une quelconque modification de ma part.
Adèle BréauL'odeur de la colle en pot (2019) de
Adèle Bréau


Références de Adèle Bréau - Biographie de Adèle Bréau

Plus sur cette citation >> Citation de Adèle Bréau (n° 173259)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)



La plus grande partie de la souffrance humaine est inutile. On se l'inflige à soi-même aussi longtemps que, à son insu, on laisse le mental prendre le contrôle de sa vie.
Eckhart TolleLe Pouvoir du moment présent (1997) de
Eckhart Tolle


Références de Eckhart Tolle - Biographie de Eckhart Tolle

Plus sur cette citation >> Citation de Eckhart Tolle (n° 173128)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)



Longtemps j’ai cru qu’être heureux, c’était trouver une stabilité, vivre un bonheur sans tache, jamais troublé, jamais questionné. Ne pas faire de vagues. Finalement, j’ai compris qu’être heureux ça peut être au contraire choisir de faire table rase du passé, perdre des gens pour prendre le risque d’en rencontrer d’autres.
Mélissa Da CostaJe revenais des autres (2021) de
Mélissa Da Costa


Références de Mélissa Da Costa - Biographie de Mélissa Da Costa

Plus sur cette citation >> Citation de Mélissa Da Costa (n° 173115)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 467 votes)



Elle avait compris qu'elle ne pouvait pas lutter, mais seulement capituler, accepter cet amour, car il resterait caché au fond de son coeur aussi longtemps qu'elle vivrait.
Lucinda RileyLes sept soeurs (2021) de
Lucinda Riley


Références de Lucinda Riley - Biographie de Lucinda Riley

Plus sur cette citation >> Citation de Lucinda Riley (n° 173025)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)





L'écrit est mon support privilégié. Certains livres m'accompagnent depuis longtemps, comme ceux de Romain Gary.
Delphine HorvilleurInterview Le Echos, Par Marianne BLIMAN Publié le 30 avril 2021 de
Delphine Horvilleur


Références de Delphine Horvilleur - Biographie de Delphine Horvilleur

Plus sur cette citation >> Citation de Delphine Horvilleur (n° 172958)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)



Pour moi, le coeur de la gauche reste la lutte sans relâche contre les inégalités qui ne cessent d'augmenter, en dépit d'une promesse républicaine, trop longtemps oubliée. C'est dans cette gauche-là que je me reconnais.
Anne SinclairPassé composé (2021) de
Anne Sinclair


Références de Anne Sinclair - Biographie de Anne Sinclair

Plus sur cette citation >> Citation de Anne Sinclair (n° 172918)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)



Tu devrais voir ses dessins de forêts. Quand on les regarde longtemps, on a l'impression de se perdre à l'intérieur. C'est comme faire un voyage.
Stéphane MichakaLa mémoire des couleurs (2018) de
Stéphane Michaka


Références de Stéphane Michaka - Biographie de Stéphane Michaka

Plus sur cette citation >> Citation de Stéphane Michaka (n° 172850)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)



De toute façon, vieillir, c'est accepter de perdre. De perdre, chaque jour, quelque chose de beau. D'abord l'enfance, puis une certaine jeunesse, et ensuite des amitiés, des amours, des parents. Toutes ces choses qui ne reviennent pas et qui vont nous manquer longtemps. La vie est comme ça, elle nous rattrape toujours.
Aurélie ValognesLe tourbillon de la vie (2021) de
Aurélie Valognes


Références de Aurélie Valognes - Biographie de Aurélie Valognes

Plus sur cette citation >> Citation de Aurélie Valognes (n° 172818)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)



Je regardais la mer qui, à cette heure, se soulevait à peine d’un mouvement épuisé et je rassasiais les deux soifs qu’on ne peut tromper longtemps sans que l’être se dessèche, je veux dire aimer et admirer.Car il y a seulement de la malchance à n’être pas aimé : il y a du malheur à ne point aimer. Nous tous, aujourd’hui, mourons de ce malheur. C’est que le sang, les haines décharnent le cœur lui-même ; la longue revendication de la justice épuise l’amour qui pourtant lui a donné naissance. Dans la clameurnous vivons, l’amour est impossible et la justice ne suffit pas. C’est pourquoi l’Europe hait le jour et ne sait qu’opposer l’injustice à elle-même. Mais pour empêcher que la justice se racornisse, beau fruit orange qui ne contient qu’une pulpe amère et sèche, je redécouvrais à Tipasa qu’il fallait garder intactes en soi une fraîcheur, une source de joie, aimer le jour qui échappe à l’injustice, et retourner au combat avec cette lumière conquise.
Albert CamusL’été, « Retour à Tipasa » (1952) de
Albert Camus


Références de Albert Camus - Biographie de Albert Camus

Plus sur cette citation >> Citation de Albert Camus (n° 172691)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 468 votes)



Les nuages couraient sur la lune enflammée
Comme sur l'incendie on voit fuir la fumée,
Et les bois étaient noirs jusques à l'horizon.
Nous marchions sans parler, dans l'humide gazon,
Dans la bruyère épaisse et dans les hautes brandes,
Lorsque, sous des sapins pareils à ceux des Landes,
Nous avons aperçu les grands ongles marqués
Par les loups voyageurs que nous avions traqués.
Nous avons écouté, retenant notre haleine
Et le pas suspendu. -- Ni le bois, ni la plaine
Ne poussait un soupir dans les airs ; Seulement
La girouette en deuil criait au firmament ;
Car le vent élevé bien au dessus des terres,
N'effleurait de ses pieds que les tours solitaires,
Et les chênes d'en-bas, contre les rocs penchés,
Sur leurs coudes semblaient endormis et couchés.
Rien ne bruissait donc, lorsque baissant la tête,
Le plus vieux des chasseurs qui s'étaient mis en quête
A regardé le sable en s'y couchant ; Bientôt,
Lui que jamais ici on ne vit en défaut,
A déclaré tout bas que ces marques récentes
Annonçaient la démarche et les griffes puissantes
De deux grands loups-cerviers et de deux louveteaux.
Nous avons tous alors préparé nos couteaux,
Et, cachant nos fusils et leurs lueurs trop blanches,
Nous allions pas à pas en écartant les branches.
Trois s'arrêtent, et moi, cherchant ce qu'ils voyaient,
J'aperçois tout à coup deux yeux qui flamboyaient,
Et je vois au delà quatre formes légères
Qui dansaient sous la lune au milieu des bruyères,
Comme font chaque jour, à grand bruit sous nos yeux,
Quand le maître revient, les lévriers joyeux.
Leur forme était semblable et semblable la danse ;
Mais les enfants du loup se jouaient en silence,
Sachant bien qu'à deux pas, ne dormant qu'à demi,
Se couche dans ses murs l'homme, leur ennemi.
Le père était debout, et plus loin, contre un arbre,
Sa louve reposait comme celle de marbre
Qu'adoraient les romains, et dont les flancs velus
Couvaient les demi-dieux Rémus et Romulus.
Le Loup vient et s'assied, les deux jambes dressées
Par leurs ongles crochus dans le sable enfoncées.
Il s'est jugé perdu, puisqu'il était surpris,
Sa retraite coupée et tous ses chemins pris ;
Alors il a saisi, dans sa gueule brûlante,
Du chien le plus hardi la gorge pantelante
Et n'a pas desserré ses mâchoires de fer,
Malgré nos coups de feu qui traversaient sa chair
Et nos couteaux aigus qui, comme des tenailles,
Se croisaient en plongeant dans ses larges entrailles,
Jusqu'au dernier moment où le chien étranglé,
Mort longtemps avant lui, sous ses pieds a roulé.
Le Loup le quitte alors et puis il nous regarde.
Les couteaux lui restaient au flanc jusqu'à la garde,
Le clouaient au gazon tout baigné dans son sang ;
Nos fusils l'entouraient en sinistre croissant.
Il nous regarde encore, ensuite il se recouche,
Tout en léchant le sang répandu sur sa bouche,
Et, sans daigner savoir comment il a péri,
Refermant ses grands yeux, meurt sans jeter un cri.
Alfred de VignyPoèmes philosophiques (1843), La mort du loup de
Alfred de Vigny


Références de Alfred de Vigny - Biographie de Alfred de Vigny

Plus sur cette citation >> Citation de Alfred de Vigny (n° 172682)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 467 votes)



Depuis si longtemps il n'avait vu ces jeux exquis auxquels se livrent les choses les plus ordinaires sous l'effet de quelque lumière.
Gabrielle RoyLa Montagne secrète (1962) de
Gabrielle Roy


Références de Gabrielle Roy - Biographie de Gabrielle Roy

Plus sur cette citation >> Citation de Gabrielle Roy (n° 172576)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)



Le baiser que tu m'as donné en partant à travers ton voile ressemble à l'amour à travers l'absence. C'est doux et triste et enivrant pourtant. Il y a un obstacle, mais on se sent, on se touche, on s'unit. Tu n'es pas à mon côté en ce moment, et cependant je t'ai, je te vois là, tes yeux charmants se fixent sur mes yeux, je te parle, et je te dis : M'aimes-tu ? Et j'entends ta voix émue me répondre tout bas : Oui. C'est une illusion, et c'est une réalité. Tu es bien là, oui, mon coeur te fait présente. Mon amour fait roder partout autour de moi ton fantôme adoré et souriant. Et puis, néanmoins, tout me manque ; je ne suis pas longtemps dupe de moi-même, je n'ai qu'à demander un baiser de ce fantôme pour qu'il s'évanouisse, je ne puis le coucher près de moi qu'en rêve.
Victor HugoLettres à la fiancée (1821) de
Victor Hugo


Références de Victor Hugo - Biographie de Victor Hugo

Plus sur cette citation >> Citation de Victor Hugo (n° 172542)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 467 votes)



Il fût devenu fou ; la raison d'ordinaire
N'habite pas longtemps chez les gens séquestrés :
Il est bon de parler, et meilleur de se taire,
Mais tous deux sont mauvais alors qu'ils sont outrés.
Jean de La FontaineFables (1668 à 1694), Livre huitième, X, l'Ours et l'Amateur des jardins de
Jean de La Fontaine


Références de Jean de La Fontaine - Biographie de Jean de La Fontaine

Plus sur cette citation >> Citation de Jean de La Fontaine (n° 172541)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)



Certain Ours montagnard, Ours à demi léché,
Confiné par le sort dans un bois solitaire,
Nouveau Bellérophon vivait seul et caché :
Il fût devenu fou ; la raison d'ordinaire
N'habite pas longtemps chez les gens séquestrés :
Jean de La FontaineFables (1668 à 1694), Livre huitième, X, l'Ours et l'Amateur des jardins de
Jean de La Fontaine


Références de Jean de La Fontaine - Biographie de Jean de La Fontaine

Plus sur cette citation >> Citation de Jean de La Fontaine (n° 172540)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 467 votes)



J'aime la ville comme une mère longtemps mésestimée. Je l'aime d'un amour cannibale. Pour me nourrir, je déchire sa chair qui se reforme toujours dans son inépuisable générosité.
Michel HostValet de nuit (1986) de
Michel Host


Références de Michel Host - Biographie de Michel Host

Plus sur cette citation >> Citation de Michel Host (n° 172496)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)



J'aime la ville comme une mère longtemps mésestimée. Je l'aime d'un amour cannibale. Pour me nourrir, je déchire sa chair qui se reforme toujours dans son inépuisable générosité. Tu es la région infinie. La contrée seule habitable aux êtres faibles, dépourvus comme je suis. Ils y trouvent diversion et pâture, assez de vie vraie, d'illusion pour se croire eux-mêmes en vie.
Michel HostValet de nuit (1986) de
Michel Host


Références de Michel Host - Biographie de Michel Host

Plus sur cette citation >> Citation de Michel Host (n° 172495)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)



Un brin de haine et pas mal d´ennuis
Conduisent à des actes qui gâchent toute une vie
Ces personnes qui sont rongées de regrets
Carrément aigries d’avoir vécu trop longtemps dans le secret.
Philippe Fragione, dit AkhenatonUn brin de haine, Akhenaton, Akhenaton, album Métèque et mat (1995) de
Philippe Fragione, dit Akhenaton


Références de Philippe Fragione, dit Akhenaton - Biographie de Philippe Fragione, dit Akhenaton

Plus sur cette citation >> Citation de Philippe Fragione, dit Akhenaton (n° 172487)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)



Les coeurs anesthésiés battent plus longtemps que les autres ; réguliers, sans-à-coups, ils se font oublier. Ils ont trop souffert pour se réveiller, ils contrôlent la survie d'un corps que le désir n'anime plus, incapables de se sentir vivants. Sans espoir, ils évitent les plaisirs et les chagrins, et se noient dans la longue agonie de la routine de l'existence.
Bruno CombesSeulement si tu en as envie...(2017) de
Bruno Combes


Références de Bruno Combes - Biographie de Bruno Combes

Plus sur cette citation >> Citation de Bruno Combes (n° 172285)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)




Votre commentaire sur ces citations









.$char.
 -  Lache  -  Lacheté  -  Lâcheté  -  Laideur  -  Langage  -  Langue  -  Lapsus  -  Larme  -  Leçon  -  Lecture  -  Lettre  -  Liaison  -  Liberalite  -  Liberte  -  Liberté  -  Limitation  -  Linguistique  -  Lire  -  Littérature  -  Litterature  -  Livre  -  Logement  -  Logiciel  -  Logique  -  Loi  -  Loisirs  -  Louange  -  Loyauté  -  Lucidite  -  Lumiere  -  Lune  -  Lunettes  -  Luxe  -  Luxure


Thèmes populaires +


Autres belles citations et proverbes sur longtemps


Toutes les citations sur longtemps    Citations longtemps    Citation longtemps et Proverbe longtemps    Citations, proverbes sur longtemps    Citations longtemps : 1170 citations sur longtemps    Proverbes longtemps : 1170 citations et proverbes sur longtemps    1170 citations et proverbes sur longtemps    1170 citations sur longtemps    1170 belles citations sur longtemps    1170 belles citations longtemps, proverbes longtemps    Citation longtemps - Proverbe longtemps - 1170 citations      Citation sur longtempsCitations courtes longtempsPoèmes longtempsProverbes longtemps

Etendez votre recherche avec le dictionnaire des définitions


Définition mot Longtemps  - 


Définition de longtemps  - 




Thèmes populaires