Si je ne faisais rien de bon, je méritais d'être pendue ; ce travail était nourri du journal de toute une vie, un véritable presse-citron, qui sait rejeter les pépins et l'écorce.

Henry et June — Les cahiers secrets (1986), Anaïs Nin (trad. Béatrice Commengé), éd. Stock, 2007 (ISBN 978-2-234-05990-0), Août (1932), p. 292 -

Anaïs Nin



Une citation de Anaïs Nin

proposée le dimanche 23 juin 2013 à 00:29:15

Anaïs Nin - Ses citations


Citations similaires



Votre commentaire sur cette citation.