Citations de Jean Mermoz


Découvrez un proverbe, une phrase, une parole, une pensée, une formule, un dicton ou une citation de Jean Mermoz issus de romans, d'extraits courts de livres, essais, discours ou entretiens de l'auteur. Une sélection de 6 citations et phrases de Jean Mermoz .

Jean Mermoz

Jean Mermoz
Biographie +
Crédit photographie +
6 citations (Page 1 sur un total de 1 pages)

Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir. Si chacun d'eux vous fait perdre un peu de confiance, ils vous diminuent. Mais si l'on accepte chacun d'eux comme un enseignement qui vous enrichit, on y gagne chaque fois un peu de science et, aussi étrange que cela paraisse, des motifs plus solides d'espérer ; un ennemi, chaque fois qu'on le méconnaissait, s'est découvert.
Mes vols (1937) de
Jean Mermoz


Références de Jean Mermoz - Biographie de Jean Mermoz

Plus sur cette citation >> Citation de Jean Mermoz (n° 172537)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)





Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir. Si chacun d'eux vous fait perdre un peu de confiance, ils vous diminuent. Mais si l'on accepte chacun d'eux comme un enseignement qui vous enrichit, on y gagne chaque fois un peu de science et, aussi étrange que cela paraisse, des motifs plus solides d'espérer ; un ennemi, chaque fois qu'on le méconnaissait, s'est découvert. C'est la morale que l'on peut tirer, il me semble, des expériences que je vais raconter.
Mes vols (1937) de
Jean Mermoz


Références de Jean Mermoz - Biographie de Jean Mermoz

Plus sur cette citation >> Citation de Jean Mermoz (n° 172536)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)



Je savais qu'un jour, et un jour prochain, je volerais. Rien ne pouvait me faire renoncer à cette foi. Je ne voulais pas de profession autre que celle de pilote.
Mes vols (1937) de
Jean Mermoz


Références de Jean Mermoz - Biographie de Jean Mermoz

Plus sur cette citation >> Citation de Jean Mermoz (n° 172535)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)



Que l'on ne vienne pas me parler des différences de classe et de formation qui peuvent exister entre deux hommes. Il n'existe qu'une hiérarchie sociale, celle de la valeur et de l'honnêteté morale. Quand deux hommes possèdent cela, ils parlent la même langue simple et vraie et ils ne peuvent que s'aimer fraternellement, se comprendre et ne jamais s'envier.
Mes vols (1937) de
Jean Mermoz


Références de Jean Mermoz - Biographie de Jean Mermoz

Plus sur cette citation >> Citation de Jean Mermoz (n° 172534)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 468 votes)



Que l'on ne vienne pas me parler des différences de classe et de formation qui peuvent exister entre deux hommes. Il n'existe qu'une hiérarchie sociale, celle de la valeur et de l'honnêteté morale. Quand deux hommes possèdent cela, ils parlent la même langue simple et vraie et ils ne peuvent que s'aimer fraternellement, se comprendre et ne jamais s'envier. Je ne connais que cette vérité et je hais ceux qui, par leur égoïsme, leur faux amour-propre ou leur sectarisme bêlant de mauvais pasteurs, font que des hommes peuvent se mépriser et se haïr, sous prétexte qu'ils n'ont pas la même formation et n'appartiennent pas à la même classe sociale.
Mes vols (1937) de
Jean Mermoz


Références de Jean Mermoz - Biographie de Jean Mermoz

Plus sur cette citation >> Citation de Jean Mermoz (n° 172533)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 467 votes)



Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir.
Mes vols (1937) de
Jean Mermoz


Références de Jean Mermoz - Biographie de Jean Mermoz

Plus sur cette citation >> Citation de Jean Mermoz (n° 54924)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 468 votes)






Mes vols Livre de Jean Mermoz


Mes vols est une compilation des écrits et des discours du pilote de l'Aéropostale Jean Mermoz. Il est publié, après sa mort, par ses amis, chez l'éditeur Flammarion, en 1937.


Publié en 1937, quelques semaines après la disparition en mer de celui que la légende appelle « l'archange », cet ouvrage comporte quatre parties bien distinctes : - « Mes vols », en 130 pages écrites par Jean Mermoz, raconte la passion d'un pauvre orphelin pour l'aviation naissante, sa brève aventure militaire puis l'épopée de l'aéropostale et la conquête de l'atlantique sud. C'est sur ce témoignage que Joseph KESSEL bâtira son chef d'oeuvre « Mermoz »
- « Pour l'aviation », groupe, en seconde partie, cinq articles de Mermoz sur les progrès technologiques, les avantages de l'avion sur l'hydravion …
- « Vice Président du PSF », évoque l'engagement de Mermoz aux cotés du Colonel de la Roque, et reproduit son appel à la mobilisation contre l'Allemagne qu'il prononça le 12 juillet 1936.
- « Mermoz toujours vivant » regroupe une dizaine d'éloges funèbres dont ceux de Chambe, Mauriac et Saint Exupéry.

« Mermoz, Pichodou, Cruveilher, Lavidalie, Ezan étaient des hommes de métier, et voilà la source de leur grandeur. Il faut un outil pour entrer en contact avec le monde. Il faut un rabot, ou une charrue. Le paysan, dans son labour, découvre peu à peu les secrets de la terre. Et la vérité est universelle. A travers le manche de bois de nos outils, il en apprend plus long qu'à travers les pages d'un livre. Et il devient un sage. Ainsi ces hommes, à travers leurs commandes d'avion, par la magie de l'instrument de leur travail, s'étaient formés aussi une sorte de sagesse campagnarde. Eux aussi, ils les rencontraient d'égal à égal ces divinités élémentaires : la nuit, le jour, la montagne, la mer, l'orage ; ils surveillaient leur ciel, simplement, comme ces terriens eussent surveillé leurs vignes. Ce fut la source de leur sérénité. »

Antoine de Saint-Exupéry, le 23 janvier 1937.

Il faut un outil pour entrer en contact avec le monde. Il faut un rabot, une charrue. Ainsi ces hommes, à travers leurs commandes d'avion, par la magie de l'instrument de leur travail, s'étaient formé aussi une sorte de sagesse campagnarde. Eux. aussi, ils les rencontraient d'égal à égal ces divinités élémentaires : la nuit, le jour, la montagne, la mer, l'orage ; ils surveillaient leur ciel, simplement, comme ces terriens eussent surveillé leurs vignes. Ce fut la source de leur sérénité. "Il nous a bien fallu comprendre qu'ils ne rentreraient plus, qu'ils reposaient dans cet Atlantique Sud dont ils avaient si souvent labouré le ciel. Mermoz, décidément, s'était retranché derrière son ouvrage, pareil au moissonneur qui, ayant bien lié sa gerbe, couche dans son champ.



« Comment pouvais-je vraiment attendre dans cette nuit d'enfer l'arrivée d'un avion ? Et voilà qu'au bout d'une heure j'entendis le bruit d'un moteur tourner autour du terrain. Je me ruai hors de ma cabane, je hurlai : « Forcez les feux ! » Mais on avait beau les arroser d'essence, moi-même, à trente mètres je ne les voyais pas. « Il ne trouvera pas, il ne peut pas trouver », me disais-je. Il va se casser la « figure ». Comme je répétais cela, Mermoz atterrit impeccablement dans le triangle des feux. Il avait l'air de sortir d'un rivière. Il riait, « le courrier, vite ! » cria-t-il. Et il décolla dans le noir, dans le déluge.
Thomas passa la main sur son front. Dix années s'étaient écoulées depuis cette veille terrifiée, depuis cette apparition d'Apocalypse. Pourtant sa voix eut un frémissement presque superstitieux lorsqu'il ajouta, parlant du cavalier ruisselant de la nuit :
– Je ne comprends pas, je n'arrive pas à comprendre. »

Mermoz (1938), Joseph Kessel, éd. Gallimard, coll. « Folio », 2007 (ISBN 978-2-07-036232-5), p. 251


« Mais comme le ciel déjà se faisait pâle, Mermoz brusquement me serra le bras, et si fort que je sentis ses ongles. « Tu vois, c'est l'heure où à Dakar… » C'était l'heure où les mécanos se frottent les yeux, et retirent les housses d'hélices, où le pilote va consulter la météo, où la terre n'est plus peuplée que de camarades. Déjà le ciel se colorait, déjà l'on préparait la fête mais pour d'autres, déjà l'on tendait la nappe du festin dont nous ne serions pas les convives. D'autres courraient leur risque…
– Ici quelle saleté…, acheva Mermoz.»

Terre des hommes (1939), Antoine de Saint-Exupéry, éd. Gallimard, coll. « Folio », 2006 (ISBN 2-07-036021-0), chap. 8, p. 165



Similaires à Jean Mermoz



Jean-Pierre Guéno
Ryû Murakami
Jean-Marc Reiser
Léon Schwartzenberg
Hippolyte Taine
Antoinette du Ligier de la Garde, Madame Deshoulières
Boris Vian
Gérard Lanvin
Edouard Pailleron
Fredric Brown
Dominique Besnehard
Milton Friedman
Esther Granek
Bensalem Himmich
Jean-Pierre Marielle
Dai Sijie
John Kennedy Toole
Honorat de Bueil, seigneur de Racan
Geneviève Dormann
Félix Leclerc


Votre commentaire sur ces citations






Autres citations, pensées et phrases de Jean Mermoz

+






Liste des auteurs populaires

+