Citations de Louise Michel


Découvrez une citation de Louise Michel - un proverbe, une phrase, une parole, une pensée, une formule, un dicton ou une citation de Louise Michel issus de romans, d'extraits courts de livres, essais, discours ou entretiens de l'auteur. Une sélection de 40 citations et phrases de Louise Michel .

Louise Michel

Louise Michel
Biographie +
Crédit photographie +

40 citations (Page 1 sur un total de 2 pages)



Souvent, on m'a demandé d'écrire mes Mémoires; mais toujours j'éprouvais à parler de moi une répugnance pareille à celle qu'on éprouverait à se déshabiller en public.
Mémoires (1886) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 159170)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 468 votes)





Souvent, on m'a demandé d'écrire mes Mémoires; mais toujours j'éprouvais à parler de moi une répugnance pareille à celle qu'on éprouverait à se déshabiller en public. Aujourd'hui, malgré ce sentiment puéril et bizarre, je me résigne à rassembler quelques souvenirs. Je tâcherai qu'ils ne soient pas trop imprégnés de tristesse
Mémoires (1886) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 159169)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 467 votes)



Les religions se dissipent au souffle du vent et nous sommes désormais les seuls maîtres de nos destinées.
Mémoires (1886) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 136863)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 469 votes)



Le moindre bruit qui m'arrive du dehors me fait frissonner; un charretier qui passe en chantant, un orgue de barbarie qui jette au vent sa kyrielle d'airs connus, dont les notes affaiblies viennent jusqu'à mon oreille troublée.
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 87977)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 467 votes)



Il vaudrait mieux que j'allasse prévenir la justice. Dans ce cas-là, dit avec amertume le jeune vagabond, vous trouverez des magistrats, mais vous ne trouverez pas la justice.
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 87939)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 468 votes)



Que peut avoir déjà remarqué cette petite sotte? et de quoi veut-elle faire part à son vieux grigou d'oncle?
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 85721)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 469 votes)





Cette famille n'avait jamais perdu l'habitude d'aller cueillir le sélago au clair de lune malgré toutes les fulminations de l'abbé Marcel.
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 84890)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 467 votes)



En 1830, il avait cru de son devoir de priver le gouvernement de sa vaillante lance et s'était retiré à la demi-solde.
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 73801)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 466 votes)



Elle était vêtue d'une robe de velours bleu, sous un mantelet de demi-saison.
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 73798)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 467 votes)



C'était un petit crevé, d'assez jolie mais fort insignifiante binette.
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 72772)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.61  4.61  4.61  4.61  4.61 - Note moyenne : 4.61/5 (sur 470 votes)



Un jour on nous a mis dans la rue, maman et moi. Elle disait: c'est les créanciers. Moi, je ne savais pas ce que c'était, je croyais que c'étaient des bêtes. Aujourd'hui je le sais.
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 72726)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 469 votes)



Nos filles vendent leur honneur
Au dernier courtaud de boutique.
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 72645)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 468 votes)



Les hautes salles sont nues et décarrelées, les fenêtres, dégarnies de châssis, ont l'air d'yeux sans prunelles.
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 71673)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 468 votes)



Elle priait la compagnie de décaniller et plus vite que ça.
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 71666)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.61  4.61  4.61  4.61  4.61 - Note moyenne : 4.61/5 (sur 468 votes)



Vous le voyez, Monsieur le chevalier, je m'occupe toujours du débrouillement de vos affaires.
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 71638)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 468 votes)



Il sut s'informer près des guichetiers; il avait une façon irrésistible de charmer les cerbères et de leur faire dire ce qu'il voulait savoir.
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 70514)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 468 votes)



Elle a, en ce moment, quelque chose de bouleversé qui ne l'embellit pas. Elle est d'une pâleur cadavéreuse.
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 69925)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 468 votes)



Ce pauvre vieux battait la breloque, évidemment.
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 69464)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.61  4.61  4.61  4.61  4.61 - Note moyenne : 4.61/5 (sur 468 votes)



Est-ce qu'on avait besoin de boustifailler à cette heure?
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 69358)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 468 votes)



Il était entouré de tout un arsenal bondieusard, des brochures peintes, éparses avec des numéros du journal le Pain, et l'Echo du ciel, des gravures pieuses, un christ et autres bibelots sacrés.
La Misère (1882) de
Louise Michel


Références de Louise Michel - Biographie de Louise Michel

Plus sur cette citation >> Citation de Louise Michel (n° 69067)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.62  4.62  4.62  4.62  4.62 - Note moyenne : 4.62/5 (sur 467 votes)





Une pionnière du féminisme

Considérée comme une pionnière du féminisme, elle écrit dans ses Mémoires :

  1. « La question des femmes est, surtout à l’heure actuelle, inséparable de la question de l’humanité. »
  2. « Les femmes, surtout, sont le bétail humain qu’on écrase et qu’on vend », avant de lancer : « Notre place dans l’humanité ne doit pas être mendiée, mais prise. »
  3. « Si l'égalité entre les deux sexes était reconnue, ce serait une fameuse brèche dans la bêtise humaine. En attendant, la femme est toujours, comme le disait le vieux Molière, le potage de l'homme. Le sexe fort descend jusqu'à flatter l'autre en le qualifiant de beau sexe. Il y a fichtre longtemps que nous avons fait justice de cette force-là, et nous sommes pas mal de révoltées. […] ne comprenant pas qu'on s'occupe davantage des sexes que de la couleur de la peau. […] Jamais je n'ai compris qu'il y eût un sexe pour lequel on cherchât à atrophier l'intelligence. »

Journée internationale des droits des Femmes
Les citations pour la journée internationale des femmes

D'autres féministes


Simone de Beauvoir
Françoise Giroud
Virginia Woolf
Olympe de Gouges
Benoîte Groult
Gilbert Keith Chesterton


Mémoires de Louise Michel

  1. La Révolution sera la floraison de l’humanité comme l’amour est la floraison du cœur.

    Mémoires de Louise Michel, écrits par elle-même, Louise Michel, éd. F. Roy, libraire-éditeur, 1886, chap. Chapitre XII, p. 389-398
  2. Il n’y a pas d’héroïsme, puisqu’on est empoigné par la grandeur de l’œuvre à accomplir, et qu’on reste au-dessous.

    Mémoires de Louise Michel, écrits par elle-même, Louise Michel, éd. F. Roy, libraire-éditeur, 1886, chap. Chapitre II, p. 239-245
  3. Vous cherchez le bonheur pour le ronger, pauvres fous ; passez votre chemin, le bonheur n’est nulle part

    Mémoires de Louise Michel, écrits par elle-même, Louise Michel, éd. F. Roy, libraire-éditeur, 1886, chap. Chapitre XV, p. 427-444
  4. Et plus l’homme est féroce envers la bête, plus il est rampant devant les hommes qui le dominent.

    Mémoires de Louise Michel, écrits par elle-même, Louise Michel, éd. F. Roy, libraire-éditeur, 1886, chap. Chapitre XI, p. 119-133
  5. Aux pauvres toujours les nombreuses nichées ; la nature répare d’avance les pousses fauchées par la mort.

    Mémoires de Louise Michel, écrits par elle-même, Louise Michel, éd. F. Roy, libraire-éditeur, 1886, chap. Chapitre X, p. 353-365
  6. La mer, pareille à une nuit, élève jusqu’aux rochers où je suis, d’énormes grises d’écume toute blanche ; il y a dans les flots comme une poitrine qui râle.

    Mémoires de Louise Michel, écrits par elle-même, Louise Michel, éd. F. Roy, libraire-éditeur, 1886, chap. Chapitre VIII, p. 323-342

La cruauté contre les bêtes

Louise Michel - Mémoires - La cruauté contre les bêtes


Au fond de ma révolte contre les forts, je trouve du plus loin qu’il me souvienne l’horreur des tortures infligées aux bêtes.

J’aurais voulu que l’animal se vengeât, que le chien mordît celui qui l’assommait de coups, que le cheval saignant sous le fouet renversât son bourreau ; mais toujours la bête muette subit son sort avec la résignation des races domptées. — Quelle pitié que la bête !

Depuis la grenouille que les paysans coupent en deux, laissant se traîner au soleil la moitié supérieure, les yeux horriblement sortis, les bras tremblants, cherchant à s’enfouir sous la terre, jusqu’à l’oie dont on cloue les pattes, jusqu’au cheval qu’on fait épuiser par les sangsues ou fouiller par les cornes des taureaux, la bête subit, lamentable, le supplice infligé par l’homme.

Et plus l’homme est féroce envers la bête, plus il est rampant devant les hommes qui le dominent.

Des cruautés que l’on voit dans les campagnes commettre sur les animaux, de l’aspect horrible de leur condition, date avec ma pitié pour eux la compréhension des crimes de la force.

C’est ainsi que ceux qui tiennent les peuples agissent envers eux ! Cette réflexion ne pouvait manquer de me venir. Pardonnez-moi, mes chers amis des provinces, si je m’appesantis sur les souffrances endurées chez vous par les animaux.

Dans le rude labeur qui vous courbe sur la terre marâtre1, vous souffrez tant vous-mêmes que le dédain arrive pour toutes les souffrances.

Cela finira-t-il jamais ?

Les paysans ont la triste coutume de donner de petits animaux pour jouets à leurs enfants. On voit sur le seuil des portes, au printemps, au milieu des foins ou des blés coupés en été, de pauvres petits oiseaux ouvrant le bec à des mioches de deux ou trois ans qui y fourrent innocemment de la terre ; ils suspendent l’oiselet par une patte pour le faire voler, regardent s’agiter ses petites ailes sans plumes.

D’autres fois ce sont de jeunes chiens, de jeunes chats que l’enfant traîne comme des voitures, sur les cailloux ou dans les ruisseaux. Quand la bête mord le père l’écrase sous son sabot.

Tout cela se fait sans y songer ; le labeur2 écrase les parents, le sort les tient comme l’enfant tient la bête. Les êtres, d’un bout à l’autre du globe (des globes peut-être !), gémissent dans l’engrenage : partout le fort étrangle le faible. Étant enfant, je fis bien des sauvetages d’animaux ; ils étaient nombreux à la maison, peu importait d’ajouter à la ménagerie3. Les nids d’alouette ou de linotte4 me vinrent d’abord par échanges, puis les enfants comprirent que j’élevais ces petites bêtes ; cela les amusa eux-mêmes, et on me les donnait de bonne volonté. Les enfants sont bien moins cruels qu’on ne pense ; on ne se donne pas la peine de leur faire comprendre, voilà tout.


1. marâtre : mauvaise mère.
2. le labeur : le travail difficile, celui de la terre
3. ménagerie : ensemble des animaux gardés dans un lieu
4. alouette, linotte : petits oiseaux de la famille des passereaux (comme les moineaux).


Louise Michel alias « Enjolras »

Louise Michel alias « Enjolras », née le 29 mai 1830 à Vroncourt-la-Côte3 (Haute-Marne) et morte le 9 janvier 1905 à Marseille, est une institutrice, écrivaine, militante anarchiste, franc-maçonne française, aux idées féministes et l’une des figures majeures de la Commune de Paris durant laquelle elle s'implique tant politiquement que militairement en intégrant les rangs de la Garde nationale.

Louise Michel déclare devant ses juges :
« Ce que je réclame de vous, c'est le poteau de Satory où, déjà, sont tombés nos frères ; il faut me retrancher de la société. On vous dit de le faire. Eh bien, on a raison. Puisqu'il semble que tout cœur qui bat pour la liberté n'a droit aujourd'hui qu'à un peu de plomb, j'en réclame ma part, moi ! »
Louise Michel, Histoire de ma vie : seconde et troisième parties : Londres 1904, Presses universitaires de Lyon, 2000, 177


Citations célèbres, courtes, longues et belles de Louise Michel




Similaires à Louise Michel



Marcel Berbert
Jean-Isidore Goldstein, dit Isidore Isou
Caroline Otero
Yitzhak Rabin
Franck Dubosc
A. E. Janssen
Kobo Abe
Frédéric Mitterrand
Hedy Lamarr
Proverbes alsaciens
Michka Assayas
Thomas De Koninck
Michel Melot
Gérard de Villiers
Herm Albright
Katharine Hepburn
Jean-Luc Istin
Jean-François Ricard, dit Jean-François Revel
Fidel Castro
Perles du Bac


Votre commentaire sur ces citations




Autres citations, pensées et phrases de Louise Michel

+






Liste des auteurs populaires

+