citation 1

Je pense donc je suis.
René DescartesDiscours de la méthode (1637) de
René Descartes


Références de René Descartes - Biographie de René Descartes

Plus sur cette citation >> Citation de René Descartes (n° 98875)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 470 votes)



Recherche de citations : pense donc / donc suis / pense suis

Je pense donc je [...] - René Descartes...

« Je pense donc je suis »

Le cogito est initialement exposé en français par Descartes dans le Discours de la méthode (1637), quatrième partie : Descartes réitère ce raisonnement, en latin cette fois-ci, dans les Méditations métaphysiques (1641)

« Sed est deceptor nescio quis, summe potens, summe callidus, qui de industriâ me semper fallit. Haud dubie igitur ego etiam sum, si me fallit; & fallat quantum potest, nunquam tamen efficiet, ut nihil sim quamdiu me aliquid esse cogitabo. Adeo ut, omnibus satis superque pensitatis, denique statuendum sit hoc pronuntiatum, Ego sum, ego existo, quoties a me profertur, vel mente concipitur, necessario esse verum. »

« Mais il y a un je ne sais quel trompeur très puissant et très rusé, qui emploie toute son industrie à me tromper toujours. Il n'y a donc point de doute que je suis, s'il me trompe ; et qu'il me trompe tant qu'il voudra il ne saurait jamais faire que je ne sois rien, tant que je penserai être quelque chose. De sorte qu'après y avoir bien pensé, et avoir soigneusement examiné toutes choses, enfin il faut conclure, et tenir pour constant que cette proposition : Je suis, j'existe, est nécessairement vraie, toutes les fois que je la prononce, ou que je la conçois en mon esprit. »

Même si la vie était un rêve éveillé, que rien n’existait vraiment autour de moi et que je n’étais moi-même qu’une fiction, il y aurait au moins une chose qui est absolument certaine : en doutant de tout, je suis en train de penser. Et en pensant, j’existe… en tant que chose qui pense. C’est un bon point de départ, absolument indubitable, pour reconstruire à partir de lui tout le savoir, sur mon corps et tout ce qui l’entoure. Bref, en doutant, on trouve un point fixe, en soi-même, à partir duquel reconstituer des vérités.
Ce n'est toutefois qu'en 1644, dans les Principes de la philosophie (première partie, article 7) que le mot « cogito » (au sens de cet article) apparaît pour la première fois dans l'œuvre de Descartes :

« Ac proinde haec cognitio, ego cogito, ergo sum, est omnium prima & certissima, quae cuilibet ordine philosophanti occurrat. »

« Cette pensée, je pense, donc j'existe, est la première et la plus certaine qui se présente à celui qui conduit ses pensées par ordre. »

Cogito, ergo sum



Pour le philosophe, elle exprime la première certitude qui résiste à un doute méthodique. Cherchant à refonder entièrement la connaissance, Descartes souhaite lui trouver un fondement solide, absolument certain. Cette recherche l'amène à la conclusion que seule sa propre existence, en tant que « chose qui pense », est certaine au départ. C'est cette découverte qu'exprime le « cogito ». Indépendamment des formulations, le cogito constitue un élément majeur de la pensée cartésienne. Il est une certitude à partir de laquelle Descartes va tenter de refonder toute la connaissance. Il consiste en une intuition qui ne se résume pas à une déduction logique.
On utilise parfois également les termes de :

  • cogitatio : l'acte de penser ;
  • cogitatum : l'objet d'une pensée ;
  • (res) cogitans : le pensant, la chose pensante (ce qui désigne souvent l'âme).
Dans le vocabulaire philosophique, l'expression est fréquemment raccourcie et substantivée. On parle simplement du cogito, pour exprimer l'intuition acquise par le sujet grâce à sa conscience de lui-même. Le cogito est alors pris comme une découverte qui n'est plus toujours liée à Descartes lui-même. On parle ainsi de cogito augustinien, avant Descartes, ou de cogito husserlien, après lui.
Cogito, ergo sum est une locution latine signifiant « Je pense, donc je suis ». Employée en français par le philosophe et mathématicien René Descartes dans le Discours de la méthode (1637), la formule connaît une variante dans son œuvre en 1641, dans les Méditations métaphysiques : ego sum, ego existo (« je suis, j'existe ») ; puis, il revient à celle de 1637 de nouveau en 1644, dans les Principes de la philosophie (ego cogito, ergo sum).


Votre commentaire sur cette citation



Cette phrase de René Descartes contient 5 mots. Il s'agit d'une citation très courte.