citation 1
Toi aussi, mon [...] - Jules César...

Toi aussi, mon fils!
Jules CésarCri de douleur de César lorsqu'il aperçut, parmi ses assassins, Brutus, l'un de ses familiers. de
Jules César


Références de Jules César - Biographie de Jules César

Plus sur cette citation >> Citation de Jules César (n° 4885)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.56  4.56  4.56  4.56  4.56 - Note moyenne : 4.56/5 (sur 497 votes)



Recherche de citations : Toi aussi / aussi mon / mon fils! / Toi mon / Toi fils! / aussi fils!


« Tu quoque mi fili »



Tu quoque mi fili ou bien Tu quoque fili ou encore Tu quoque fili mi (en français : « Toi aussi, mon fils ! ») est une célèbre locution latine que la tradition attribue à Jules César : ce dernier l'aurait adressée, en guise de dernier souffle, à Brutus. La tradition a retenu la forme latine de cette phrase, mais il est plus vraisemblable qu'elle ait été prononcée en grec

Les bandes dessinées Astérix font un usage au second degré de cette phrase. Dans cette bande dessinée, Brutus est présenté comme le fils adoptif et unique héritier de César. César lui lance très souvent « Tu quoque mi fili » ou « Toi aussi, mon fils » dans des circonstances dont la légèreté contraste avec les circonstances historiques de cette phrase, comme c'est le cas dans La Zizanie, lorsque les personnages vont déjeuner. Par ailleurs, à la toute fin du film Astérix aux Jeux olympiques, Jules César, joué par Alain Delon, lance un « Toi aussi, mon fils » à son fils Brutus, joué par Benoît Poelvoorde. Dans ce film, Brutus semble être le fils biologique de César.

Le fameux Tu quoque mi fili, transmis par la tradition sous sa forme latine, ne se trouve dans aucun texte ancien, mais est issu de la biographie de César contenue dans le De viris illustribus urbis Romæ a Romulo ad Augustum (Des hommes illustres de Rome, de Romulus à Auguste) publié en 1779 par l'abbé Lhomond : « Quum Marcum Brutum, quem loco filii habebat, in se irruentem vidisset, dixit : “Tu quoque fili mi !” » (« Quand il vit Marcus Brutus, qu'il traitait comme son fils, se précipiter sur lui, il dit : “Toi aussi, mon fils !” »

Dans la tragédie Jules César, à l'acte III, scène 1, vers 77, William Shakespeare attribue comme derniers mots à César : « Et tu, Brute ? » (« Toi aussi, Brutus ? », « Brute » étant la forme de vocatif de Brutus, « et » l'adverbe signifiant « même, aussi »). Ainsi, Shakespeare ne reprend-il pas l'idée de « fils » et ne fait-il pas s'exprimer César en grec. Il ne garde que la surprise de César de voir que même Brutus se joint aux conjurés. La pièce du dramaturge anglais ne se veut pas historiquement rigoureuse, puisqu'elle fait même intervenir des fantômes. Dans le monde anglophone, c'est cette expression qui est employée pour invectiver celui qu'on accuse de trahison.

Votre commentaire sur cette citation




Cette phrase de Jules César contient 4 mots. Il s'agit d'une citation très courte.