citation 1



À la vérité, le règne de la liberté commence seulement à partir du momentcesse le travail dicté par la nécessité et les fins extérieures ; il se situe donc, par sa nature même, au-delà de la sphère de la production matérielle proprement dite. Tout comme l'homme primitif, l'homme civilisé est forcé de se mesurer avec la nature pour satisfaire ses besoins, conserver et reproduire sa vie ; cette contrainte existe pour l'homme dans toutes les formes de la société et sous tous les types de production.
Karl MarxLe Capital (1867) de
Karl Marx


Références de Karl Marx - Biographie de Karl Marx

Plus sur cette citation >> Citation de Karl Marx (n° 172219)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.6  4.6  4.6  4.6  4.6 - Note moyenne : 4.6/5 (sur 475 votes)



Recherche de citations : vérité liberté / liberté commence / commence seulement / seulement partir / partir moment / moment travail / travail nécessité / nécessité extérieures / extérieures nature / nature au-delà / au-delà sphère / sphère production / production matérielle / matérielle proprement / proprement primitif / primitif civilisé / civilisé mesurer / mesurer satisfaire / satisfaire besoins / besoins conserver / vérité commence

À la vérité, le règne de la liberté commence seulement à partir [...] - Karl Marx...



« Le domaine de la liberté commence là où s'arrête le travail déterminé par la nécessité - Karl Marx »




Cette citation est bien apocryphe et tronquée. Voici la citation de Marx, Le Capital, 1867, livre III, chap. 48
« À la vérité, le règne de la liberté commence seulement à partir du moment où cesse le travail dicté par la nécessité et les fins extérieures ; il se situe donc, par sa nature même, au-delà de la sphère de la production matérielle proprement dite. » Le domaine de la liberté commence là où s'arrête le travail déterminé par la nécessité  Karl Marx

Autres traductions possibles de Le domaine de la liberté commence là où s'arrête le travail déterminé par la nécessité





L'extrait plus long : « À la vérité, le règne de la liberté commence seulement à partir du moment où cesse le travail dicté par la nécessité et les fins extérieures ; il se situe donc, par sa nature même, au-delà de la sphère de la production matérielle proprement dite. Tout comme l'homme primitif, l'homme civilisé est forcé de se mesurer avec la nature pour satisfaire ses besoins, conserver et reproduire sa vie ; cette contrainte existe pour l'homme dans toutes les formes de la société et sous tous les types de production. Avec son développement, cet empire de la nécessité naturelle s'élargit parce que les besoins se multiplient ; mais, en même temps, se développe le processus productif pour les satisfaire. Dans ce domaine, la liberté ne peut consister qu'en ceci : les producteurs associés - l'homme socialisé - règlent de manière rationnelle leurs échanges organiques avec la nature et les soumettent à leur contrôle commun au lieu d'être dominés par la puissance aveugle de ces échanges ; et ils les accomplissent en dépensant le moins d'énergie possible, dans les conditions les plus dignes, les plus conformes à leur nature humaine. Mais l'empire de la nécessité n'en subsiste pas moins. C'est au-delà que commence l'épanouissement de la puissance humaine qui est sa propre fin, le véritable règne de la liberté qui, cependant, ne peut fleurir qu'en se fondant sur ce règne de la nécessité. La réduction de la journée de travail est la condition fondamentale de cette libération. »

Thèse : la liberté s’oppose à la contrainte, à la nécessité. Dans ce texte, Marx reprend cette opposition pour démontrer que la liberté ne peut se trouver dans le travail. Car on travaille par nécessité, pour répondre à nos besoins naturels, vitaux. Donc travailler est une nécessité, qui prouve qu’on est soumis aux nécessités naturelles (les besoins qui sans cesse renaissent et notre nature humaine : en tant qu’homme, on ne peut se contenter de puiser dans la nature, on doit transformer ( animal laborieux) et donc travailler ; en tant qu’homme, on ne peut se contenter de ce qui est ( homo faber), on veut toujours plus, donc si on peut plus, on voudra plus). Donc quelque soit la raison, c’est toujours contraints par la nature, notre nature que nous travaillons. Et si la liberté est opposée à la nécessité, on ne peut être libre qu’en dehors du travail (donc dans le temps libre), car même si on prend le contrôle de la nécessité dans le travail, on reste dans la nécessité.

  • a) on peut croire qu’un homme d’aujourd’hui est moins soumis à la nature qu’un homme primitif, c’est-à-dire du début de l’humanité ou qui n’a pas encore toutes les machines, techniques que nous avons, nous. On peut avoir l’illusion qu’avec nos machines, on est moins soumis. Mais ce n’est pas le cas, car si nous pouvons produire plus vite, plus facilement, on a aussi plus de besoin que l’homme primitif. Et ces besoins découlent du travail (qui est naturel), de nos désirs, de la société ( qui sont naturels), donc on est dans la même situation : il a des besoins à la mesure de ces capacités, comme nous, pour qui le superflu est devenu nécessaire. On peut même penser que les sociétés primitives sont des sociétés d’abondance et que nos sociétés de consommation sont des sociétés de pénurie. On n’a jamais assez, même si tout est à disposition.
  • b) pour avoir du temps libre, vivre librement, il faut d’abord travailler et répondre à nos besoins pour survivre. Donc le royaume de la liberté commence où le royaume de la nécessité cesse, mais sans lui, pas de liberté possible.
  • Source : Le Web pedagogique



Votre commentaire sur cette citation


Cette phrase de Karl Marx contient 92 mots. Il s'agit d'une citation très longue.



Confucius    Victor Hugo   Einstein    Gandhi    Coluche    Oscar Wilde  Friedrich Nietzsche     Jean Paul Sartre   Léonard de Vinci     Voltaire   Mandela    Mère Teresa    Pierre Desproges    Socrate    Jean Jaurès    Napoléon Bonaparte Martin Luther King    Platon Jean Jacques Rousseau   Saint-Exupéry    Jean d'Ormesson    Bouddha    Alphonse de Lamartine   Pierre Dac    Jules Renard     Philippe Geluck     Marc Aurèle     Gainsbourg     Mahomet    Sénèque    Winston Churchill     Abbé Pierre     Coco Chanel     Abd el-Kader     Paul Valéry    Paulo Coelho    Aristote    Sigmund Freud    Charles de Gaulle    William Shakespeare    Albert Camus    Bob Marley    Charlie Chaplin    Jean Gastaldi    Georges Clemenceau    Edgar Allan Poe    Khalil Gibran    Averroès   Molière   Marcel Proust   Honoré de Balzac   Charles Baudelaire   Guy de Maupassant   Jean de la Fontaine   Emile Zola   Pierre Corneille   Alfred de Musset   Jean Racine   Paul Verlaine   Arthur Rimbaud   Gustave Flaubert   Albert Camus   George Sand   Stendhal   Jules Verne   Alexandre Dumas   René Descartes   Jacques Prévert   Denis Diderot   Alphone Daudet   Guillaume Apollinaire   Charles Perrault   Franz Kafka   Madame de La Fayette   Jacques-Bénigne Bossuet   Théophile Gautier   Johann Wolfgang von Goethe   Michel de Montaigne   Fiodor Dostoïevski   Anatole France   Nicolas Boileau   Edgar Allan Poe   Francoise Sagan   Louis Aragon   Prosper Mérimée   Arthur Conan Doyle   Francois Rabelais   Agatha Christie   Boris Vian   Marquis de Sade   Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux    Blaise Pascal   Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais   Samuel Beckett  


Quelques thèmes de citations et de proverbes


 Age   Animal   Amitié   Amour   Art   Avenir   Beauté   Avoir   Bonheur   Conscience   Couple   Confiance   Courage   Culture   Désir   Dieu   Education   Enfant   Espoir   Etre   Faire   Famille   Femme   Guerre   Homme   Humour   Jeunesse   Joie   Justice   Liberté   Mariage   Mére   Monde   Morale   Naissance   Nature   Paix   Passion   Père   Peur   Plaisir   Politique   Raison   Religion   Rêve   Richesse   Sagesse   Savoir   Science   Séduction    Société   Souffrance   Sport   Temps   Tolérance     Travail   Vérité   Vie   Vieillesse    Voyage