citation 1

– De quoi dépend la grandeur et le salut d’un État ?... De la police, n’est-ce pas ?
C’est vrai, général.
Un pays sans police est un grand navire sans boussole et sans gouvernail.
C’est à la fois juste et poétique, Gibassier.
On peut donc regarder la mission de l’homme de police comme la plus sainte, la plus délicate et la plus utile à la fois de toutes les missions.
Ce n’est pas moi qui vous dirai le contraire.
D’où vient donc, alors, que, pour occuper cette fonction importante, pour remplir cette mission conservatrice, on choisit d’ordinaire des idiots de la plus laide espèce ? d’où vient cela ? Je vais vous le dire : c’est que la police, au lieu de s’occuper des grandes questions gouvernementales, entre dans les détails les plus infimes et se laisse aller à des préoccupations tout à fait indignes d’elle.
Alexandre DumasLes Mohicans de Paris (1854-1855) de
Alexandre Dumas


Références de Alexandre Dumas - Biographie de Alexandre Dumas

Plus sur cette citation >> Citation de Alexandre Dumas (n° 171039)  - Ajouter à mon carnet de citations
Notez cette citation :4.63  4.63  4.63  4.63  4.63 - Note moyenne : 4.63/5 (sur 469 votes)



Recherche de citations : quoi dépend / dépend grandeur / grandeur salut / salut d’un / d’un État / État police / police n’est-ce / n’est-ce pas / pas – / – C’est / quoi grandeur

– De quoi dépend la grandeur et le salut d’un État ?... De la [...] - Alexandre Dumas...
🖙 L'extrait très souvent cité est celui-ci « Un pays sans police est un grand navire sans boussole et sans gouvernail.» toutefois la discussion complète n'est pas un éloge de la Police 👮...


Vous élaguez l’arbre, et vous n’osez porter la cognée sur le tronc ; et pourquoi cela ?

Parce que les malheureux agents que vous employez ont des yeux pour ne pas voir, des oreilles pour ne pas entendre ; parce que vous avez rendu leur mission déshonorante et impopulaire ; parce que vous avez ravalé le mot police en consacrant des intelligences d’élite, non pas à veiller à la sûreté de l’État, mais à arrêter des voleurs.

– Il y a du vrai dans ce que vous dites, Gibassier, fit M. Jackal en prenant une prise de tabac.

– Mais que vous ont-ils faits, ces malheureux voleurs ? Ne pouvez-vous donc pas les laisser travailler en paix ? Est-ce qu’ils vous tourmentent ? est-ce qu’ils se plaignent de la loi contre la presse ? est-ce qu’ils font des satires contre vous ? est-ce qu’ils crient au jésuite ?... Non ! ils vous laissent faire tranquillement votre petite politique ultra. En avez-vous jamais trouvé un seul dans un complot ? Au lieu de leur accorder aide et protection comme à des gens paisibles et inoffensifs, au lieu de fermer paternellement les yeux sur leurs petites frasques, vous vous acharnez à leurs trousses comme à une proie ; et vous appelez cela faire de la police ? Fi ! monsieur Jackal, c’est de la petite taquinerie mesquine et basse ; c’est l’enfance de l’art, c’est la police comme elle était faite au paradis terrestre, du temps qu’on arrêtait Adam et Ève pour une malheureuse pomme, au lieu d’appréhender au corps le serpent qui conspirait. Tenez, monsieur Jackal, pas plus tard qu’avant-hier, on a arrêté... qui ? je vous le demande : l’ange Gabriel !



Votre commentaire sur cette citation


Cette phrase de Alexandre Dumas contient 156 mots. Il s'agit d'une citation très longue.